Archives par étiquette : Alimentation

Mon chat mange des insectes : est-ce dangereux ?

Après la giboulée de neige de mardi passé, nous avons eu une magnifique fin de semaine ensoleillée. Les températures sont de plus en plus douces : ça sent le printemps !

Les insectes sortent dès que le soleil brille, et nous nous amusons beaucoup à les chasser. Voici nos conseils pour les petits chatons :

Est-ce dangereux pour un chat de manger des insectes ?

flycockroachgrasshopperdragonflyladybugbugearwigcaterpillar Mouches et cafards
C’est un délice, mais attention : il est indispensable de vermifuger régulièrement votre chat, car les mouches et les cafards peuvent transmettre des parasites ou des oeufs de parasites (vers intestinaux).

Sauterelles et libellules
Ça croustille sous la dent, et c’est très rigolo à chasser et à mettre en pièces pour éparpiller les morceaux un peu partout.

Papillons et araignées
Miam !

Coccinelles
La couleur vive des coccinelles indique clairement à leurs prédateurs habituels (oiseaux) qu’elles sont toxiques. Cependant, une coccinelle avalée ici ou là n’est pas dangereux pour un chat.

Punaises
Nous vous déconseillons vivement de jouer avec, et encore plus de les croquer : ces bestioles puent pour se défendre. Ça sent très mauvais, et si vous l’avez dans la bouche, c’est horrible !

Perce-oreilles et petites fourmis noires
Pourquoi pas ?

Fourmis rouges
Prudence : elles mordent !

Chenilles
Danger !
Les chenilles processionnaires ont des poils urticants et allergisants ; le moindre contact provoque une douleur violente. L’inflammation de la langue et de la bouche est quasi immédiate, et la langue peut même en partie se nécroser dans les jours qui suivent si rien n’est fait. Le contact avec la peau provoque un oedème, de l’urticaire, et d’importantes démangeaisons. Ces poils urticants peuvent aussi abîmer un oeil jusqu’à la perte de la vue, et provoquer des atteintes respiratoires graves. Les nids de chenilles, abandonnés ou pas, sont également dangereux. Le moindre contact avec des chenilles processionnaires est une urgence : allez immédiatement chez le vétérinaire !

Guêpes, abeilles, et autres hyménoptères
Danger !
Ne jouez jamais avec cette famille d’insectes, les chatons ! Leur piqûre est douloureuse et peut être dangereuse ! Nous vous l’expliquons dans cet article.

Qui dit insecte, dit insecticide
Les chats sont souvent empoisonnés par des insecticides utilisés par les humains, soit par contact direct, soit par ingestion d’un insecte lui-même empoisonné (plus rarement).
Ces produits sont appliqués sur les textiles, les plantes, ou les sols de la maison. Ils se présentent en spray ou en poudre, et la plupart d’entre eux contiennent de la perméthrine, qui est hautement toxique pour les chats.
Certains produits anti-limaces sont aussi dangereux.

Nous vivons en Suisse, et nous sommes à l’abri de certains insectes qui vivent dans d’autres parties du monde : quels sont les insectes toxiques ou dangereux qu’on peut trouver près de chez vous ?

Source images : Pixabay

Combien coûte un chat ?

C’est utile de le savoir AVANT d’adopter un chat, n’est-ce pas ?

Tous les montants indiqués concernent la Suisse, où la vie est assez chère. Si vous ne vivez pas en Suisse, lisez d’abord cet exemple de budget familial : cela vous permettra de relativiser les montants donnés dans cet article.

Prix du chat

  • donné ou trouvé : 0 CHF
  • refuge : 150 à 250 CHF
  • race : 1000 à 2000 CHF

Micropuce d’identification

  • pose et enregistrement chez AMICUS : 80 CHF

A notre avis, c’est indispensable !

Vétérinaire

  • castration (mâle) : 80 à 100 CHF
  • stérilisation (femelle) : 170 à 200 CHF
  • vaccins => 1x par année : 60 à 90 CHF
  • vermifuge => 4x par année : 40 CHF
  • anti-puces => 4x par année si nécessaire, ou si votre chat sort : 50 CHF par année

Les frais de vaccinations sont plus élevés la première année pour un chaton, car un rappel doit se faire 3 semaines après la première vaccination.

N’oubliez pas que votre chat peut tomber malade ou avoir un accident comme notre pauvre Ange Loupi : cela représente des frais vétérinaires supplémentaires qui peuvent être importants.

Assurance

  • 120 CHF par année

Une hospitalisation ou une opération coûte cher ; une assurance est très utile pour faire face à ces dépenses.

Alimentation

  • bols => au moins 2 pour la nourriture et 1 pour l’eau : 12 CHF
  • nourriture : 50 à 150 CHF par mois

Pour la santé à long terme de votre chat, évitez la nourriture bas de gamme de supermarché ! Nous vous apprenons ici comment lire les étiquettes pour mieux choisir les repas de votre chat. Vous pouvez aussi choisir de lui préparer vous-même ses repas ou de lui donner une alimentation crue, mais alors attention à l’équilibre des nutriments !

Toilettes

  • bac à litière : 10 à 40 CHF
  • pelle : 2 à 5 CHF
  • litière => par mois : 10 à 20 CHF

Zorro est super économique : il fait tout au jardin !

Accessoires de base

  • caisse de transport : dès 25 CHF
  • arbre à chat : dès 50 CHF (80 cm à 1m) ou dès 100 CHF (1m20 et plus)
  • brosses et peignes : 5 à 40 CHF
  • coupe-griffes : 5 CHF
  • jouets divers => selon les besoins et renouvellement : variable
  • corbeille : dès 20 CHF

Selon votre mode de vie, vous aurez peut-être aussi besoin d’un collier, d’un harnais, d’une laisse, d’une pension, d’un cat-sitter, d’un passeport, …

En résumé, combien coûte un chat ?

La première année, en plus du prix du chat lui-même, il faut prévoir un budget supplémentaire de 400 à 700 CHF pour la micropuce, la castration/stérilisation, les premiers vaccins, et l’acquisition des accessoires de base.

Un chat en bonne santé coûte ensuite entre 120 et 250 CHF par mois, tout compris.

S’il vous plaît, n’adoptez pas un chat si vous n’avez pas les moyens d’assumer les dépenses de base que cela implique !

RouXy

Utilisation autorisée

Le beau RouXy, l’acrobate roux à trois pattes, a traversé le Pont de l’Arc-En-Ciel entre mercredi et jeudi. Il allait avoir 16 ans. Nous envoyons de tendres ronrons à ses domestiqué et aux domestiqués de notre copain Frimousse qui s’occupaient si bien de lui depuis de nombreuses années.

L’alimentation du chat : conséquences d’un déséquilibre alimentaire

Il y a trois semaines, Claire a suivi une formation sur l’alimentation du chat. Cette formation était à nouveau donnée par Philippe Bocion, vétérinaire comportementaliste.

Nourrir correctement un chat… ça paraît tellement simple, et pourtant ça peut être tellement compliqué !

Pour M. Bocion, peu importe que le chat mange des croquettes, de la nourriture en boîtes, ou du fait maison : ce qui est important, c’est que tous les nutriments nécessaires au chat soient présents dans les bonnes proportions et en quantités adéquates.

Dans ce tableau (en anglais), les pourcentages minimaux recommandés sont exprimés pour la matière sèche de l’aliment. Pour une boîte de pâtée par exemple, il faut faire un petit calcul : s’il y a 75 % d’humidité dans la pâtée, il y a 25 % de matière sèche. L’étiquette indique 7 % de protéines. 7 % divisé par 25 % égale 28 % : il y a 28 % de protéines sur une base de matière sèche dans cette pâtée. Donc cette pâtée contient une proportion suffisante de protéines pour un chat adulte. Ce calcul peut être fait pour les autres ingrédients.
healthy food, healthy cat
Un aliment vendu en animalerie ou chez un vétérinaire sera un peu plus cher mais sera de meilleure qualité qu’un aliment bas de gamme. Si votre chat mange des croquettes, il faut impérativement vous assurer qu’il boive suffisamment.

Quelles sont les conséquences d’un déséquilibre alimentaire ?

Comme Claire nous aime beaucoup, et que nous vous aimons beaucoup aussi, nous vous avons préparé une liste des principaux nutriments qui devraient se trouver dans notre alimentation. Nous avons indiqué leur utilité et les conséquences d’une carence ou d’un excès pour chacun d’eux. Juste un petit rappel :

  • Nous ne sommes pas des vétérinaires.
  • Nous voulons vous offrir une vue d’ensemble d’informations nutritionnelles sous forme de tableau de référence.
  • Cette liste se veut la plus complète possible, mais n’est en aucun cas exhaustive.
  • Les sources de nos informations sont indiquées au bas de la liste

Bonne lecture !

Partie 1 – L’alimentation du chat : introduction