Archives par étiquette : Education

Le développement du chaton 1/2

Nous dédions cet article aux humains qui accompagnent les chatons orphelins dans leur développement.

Les apprentissages comportementaux principaux se font durant les premiers mois de vie du chaton. Les premières semaines sont les plus importantes dans son développement, nous l’évoquions dans notre article sur le développement du comportement du chat.

En trois mois, le poids de son cerveau quintuple et atteint le poids du cerveau d’un chat adulte ; le nombre de connexions nerveuses se multiplie, et celles qui sont stimulées seront conservées en fonction de ce qu’expérimente le chaton alors que les autres disparaitront.

Certaines périodes sont plus propices que d’autres aux apprentissages fondamentaux, mais elles sont souvent courtes. Le chaton apprend par observation (chasse par exemple), et par imitation (il fait en même temps : si sa maman se montre sociable avec les humains, il fera de même).

Les phases de développement du chaton

Les phases de développement du chaton dont nous parlons aujourd’hui sont la phase pré-natale et la phase néo-natale ; la phase de socialisation et la puberté feront l’objet d’un autre article.

La phase pré-natale

La chatte attend des petits ; la gestation dure entre 62 et 65 jours. Notre chaton n’est pas encore né, mais les conditions de vie de sa maman ont déjà une influence sur lui :

  • une chatte stressée donnera souvent naissance à des chatons stressés aussi
  • une chatte mal nourrie donnera souvent naissance à des chatons pouvant avoir des troubles du développement ou du comportement (agressivité, peur, …)

La phase néo-natale


Ça y est, le chaton est né ! Cette phase dure de la naissance à l’ouverture des yeux. Quand il naît, le chaton est sourd et aveugle. Ses paupières sont collées, et le canal de ses oreilles aussi. Il passe la grande partie de son temps à dormir, et le peu de temps qu’il reste à téter. Il est entièrement dépendant de sa mère.

On dirait que ce petit chaton ne fait pas grand-chose, mais durant son sommeil, ses hormones sont hyperactives : son système nerveux et son système sensoriel subissent de grands bouleversements, tout son corps est en perpétuelle évolution. Il est donc extrêmement important de ne pas le réveiller pendant qu’il dort, car le sommeil est essentiel à sa bonne croissance.
newborn kittens are blind and deaf
Le jeune chaton est capable de ramper et de s’orienter vers une source de chaleur, mais n’arrive pas encore à réguler sa température corporelle. Les réflexes de succion et de fouissement sont instinctifs : le chaton tète dès qu’il a quelque chose dans la bouche, et dès que sa tête rencontre un obstacle, il le pousse. Il stimule donc la production de lait en s’appuyant ainsi sur le ventre de sa maman. Et il choisit sa mamelle préférée ! Le chaton ne peut pas encore faire ses besoins spontanément : sa maman doit lui lècher la région périnéale après chaque repas pour stimuler la miction ou la défécation.

La chatte s’attache tout de suite à ses petits, et les petits s’attachent à leur mère après quelques jours. Ce lien privilégié et exclusif est sécurisant : il favorise l’exploration de leur environnement par les chatons alors que la dépendance induite par ce même lien d’attachement les empêche de trop s’éloigner. Dès qu’un chaton est trop éloigné de sa mère, il montre des signes de stress et de mal-être. La maman chatte présente également des signes d’inquiétude et fait tout pour le ramener au nid. Elle ne s’apaise que quand elle est sûre que tous ses bébés sont présents. Exception faite des chattes sourdes, toute chatte répondra aux cris de détresse d’un chaton.
don't disturb sleeping kittens
Les yeux du chaton s’ouvrent entre le 2ème et le 16ème jour. Il entend dès le 5ème jour, mais ses oreilles ne s’ouvrent qu’entre le 10ème et le 15ème jour. Nous le verrons commencer à s’asseoir vers 12 jours, marcher vers 17 jours, et se gratter l’oreille avec la patte arrière vers 21 jours.

Comment le chaton va-t-il continuer à évoluer ? Quels apprentissages doit-il encore faire ?
Nous vous dirons tout dans notre prochain article !

what do I still learn ?Pixie, avril 2014

Sources :
Philippe Bocion «Le développement du comportement du chat» (cours)
Valérie Dramard «Le comportement du chat» (livre)
Merci à notre amie Alexandra pour les photos et la vidéo des chatons nés dans la nuit du 30 au 31 mars 2017.

Comment se développe le comportement du chat ?

Tout comme le bébé humain, le chaton n’est pas encore « fini » à la naissance : il dépend entièrement de sa mère (ou d’un substitut maternel), et doit encore se développer physiquement et mentalement. Il continuera d’ailleurs d’évoluer tout au long de sa vie. Saviez-vous par exemple que même un chat âgé peut encore apprendre des choses ?

Durant certaines courtes phases du développement du chaton, des apprentissages propres à chaque période seront facilités. En dehors de ces phases, ces apprentissages ne pourront que difficilement se faire, ou alors seront imparfaits. Il est donc crucial de ne pas manquer ces étapes : nous vous en parlerons plus en détail dans un prochain article.

Comment se développe le comportement du chat ?

Chaque chat a son caractère et des comportements qui lui sont propres, mais tous les chats partagent certains comportements propres à l’espèce « chat ».

Plusieurs comportements sont présents dès la naissance : certains dureront toute la vie (par exemple bailler), alors que d’autres disparaitront plus tard (par exemple le réflexe de succion).
D’autres comportements apparaitront plus tard : certains dureront toute la vie (par exemple le marquage urinaire), d’autres pourront disparaitre (par exemple la crainte de l’être humain).

Inné ou acquis ?

Les réflexes comme le réflexe de succion ou la locomotion sont innés, mais la majorité des comportements est principalement acquise. Les caractéristiques d’un race en matière de comportement sont plutôt le fruit du choix des éleveurs quant à leurs reproducteurs, et la transmission génétique joue ici un rôle moins important que l’environnement. En revanche, les caractéristiques physiques du chat (taille, couleur, forme des oreilles, longueur des poils, …) sont très fortement sous l’influence de la génétique.

Mon chat peut-il oublier certains comportements ?

Oui : les apprentissages réalisés par habituation ou par socialisation avec d’autres espèces doivent être entretenus tout au long de la vie du chat.

L’habituation consiste à être fréquemment confronté de manière progressive, répétée, et positive à des situations, bruits, stimulations visuelles, …, afin de développer sa capacité d’adaptation à vivre dans des environnements divers. Un renforcement positif encourage le chat à refaire (ou pas) une action en fonction du résultat obtenu (attention, friandise, …).

Une grande partie des apprentissages par habituation se fait entre la 2ème et la 9ème semaine de vie (principalement entre la 3ème et la 7ème semaine), mais c’est aussi par habituation qu’on peut apprendre quelque chose à un chat adulte : le comportement désiré sera chaque fois renforcé par une récompense.

Cette manière de faire peut être utilisée pour habituer le chat à un objet qui le fait réagir (aspirateur par exemple), mais attention ! Si vous allez trop vite, si vous contraignez votre chat, vous obtiendrez le résultat inverse : votre chat aura des réactions exacerbées, sera encore plus effrayé, et pourra même se montrer agressif. C’est ce qu’on appelle la sensibilisation.

La période propice à l’apprentissage des «espèces amies» est la même que celle pour l’habituation : entre la 2ème et la 9ème semaine de vie (principalement entre la 3ème et la 7ème semaine). Durant cette phase, le chaton apprend à devenir l’ami des humains, mais aussi d’autres espèces s’il y en a dans son environnement (chiens, lapins, …).

A nouveau, une confrontation fréquente, répétée, et progressive faite d’interactions positives avec toutes sortes de personnes (ou d’espèces) permettra par la suite une bonne cohabitation avec ces personnes ou ces espèces (et l’absence de prédation). Une grande variété d’humains est en tout cas nécessaire pour obtenir un chat bien dans ses coussinets : enfants de tous âges, personnes âgées, hommes, femmes, avec ou sans lunettes, avec une canne ou un fauteuil roulant, …

Cette capacité à reconnaître les «espèces amies» peut être développée par la suite, mais c’est beaucoup plus long, beaucoup plus difficile, voire parfois impossible pour certains chats.

Les mamans chats et les domestiqués chez qui les chats naissent ont donc une grande responsabilité sur leur bien-être futur ! Et quand vous aurez lu notre article sur le développement du chaton (à venir), vous comprendrez aussi mieux notre admiration sans borne pour les humains qui s’occupent de chatons orphelins.

Sources :
Philippe Bocion «Le développement du comportement du chat» (cours)
Valérie Dramard «Le comportement du chat» (livre)

Comment occuper son chat et améliorer son bien-être : quels jeux et activités proposer à votre chat ?

Voici la suite de ce que nous voulons partager avec vous après la formation suivie par Claire il y a dix jours (partie 1 : comment mettre de la nourriture à disposition d’une manière qui augmente le niveau d’occupation du chat ?).

Rappel : selon une étude de Bonnie Beaver (Feline Behavior, 2003), le temps approximatif consacré à différentes occupations par un chat en liberté est le suivant : dormir 9 heures, se reposer 4-5 heures, faire sa toilette 3-4 heures, chasser 4 à 9 heures, se déplacer et se nourrir 1 heure, autres occupations (jeu, marquage, élimination, …) 1 heure. De nombreux chats d’appartements sont souvent sous-occupés et passent leurs journées à dormir pour passer le temps.

Quels jeux et activités proposer à votre chat ?

Des activités d’apprentissages

Contrairement à une idée reçue, les chats peuvent apprendre beaucoup de choses : patience et encouragements feront des miracles (et les friandises aussi !). Notre meilleur exemple est notre copine Summer : dans cette vidéo, elle montre qu’elle sait rester (Stay), serrer la main (Shake), toper-là (High Five), s’asseoir (Sit Up), et agiter la patte pour dire au revoir (Wave Bye Bye).

Des jeux et des jouets qui miment la chasse

Les jouets qui font un bruit de proie (couinement, petit son aigu, …) sont plus intéressants pour nous que les jouets silencieux. S’ils bougent, c’est encore mieux, car le mouvement nous fait réagir. Le mouvement donné au jouet doit être saccadé, et s’éloigner du chat, en s’immobilisant de temps en temps, comme le ferait une proie.

Mais avec quels jouets jouer ? Petites balles, bouchons, souris en peluche, papier chiffonné, … peuvent être lancés ou agités au bout d’une ficelle ; un plumeau qui bouge à portée de patte est irrésistible ; une simple ficelle à poursuivre nous amuse.
Pixie playing with a feather toy
Un mot sur les points lumineux (laser ou reflet de montre par exemple) : d’abord, attention à nos yeux ! Ensuite, ce petit point nous rend souvent complètement cinglés, au point que nous pouvons nous blesser en sautant partout pour essayer de l’attraper. Enfin, ce jeu est extrêmement frustrant, car nous n’attrapons jamais rien. A utiliser avec modération dans un espace dégagé, et ne pas oublier de nous donner des friandises en compensation à la fin de la session de jeu.

Aucun jouet n’est incassable, et le risque d’ingestion est réel : contrôlez régulièrement l’état de nos jouets. Les rubans ou ficelles ne doivent jamais être utilisés sans surveillance, et doivent être soigneusement rangés hors de notre portée après chaque séance de jeu.
Zorro playing with a string
Claire joue chaque jour avec nous ; elle a décidé maintenant de nous apprendre des petits tours, comme Summer. Nous vous en dirons plus quand nous aurons appris un tour !