Archives par étiquette : Raw Feeding

Raw feeding : six mois plus tard

Après six mois de raw feeding, voici un premier bilan :

Préparation

Claire utilise un couteau en céramique et une planche pour couper la viande en gros morceaux que nous devrons déchiqueter et mâcher. Pendant ce temps, Momo sépare les cous de poulets congelés à la hache et les coupe en deux, car ils sont trop grands pour entrer entier dans les récipients. Il sépare aussi les coeurs de poulets congelés et prépare des petits dés de foie (congelé aussi). Il faut environ 30 minutes en tout (20 minutes à deux) pour préparer les portions pour deux chats pendant une semaine.
portions
Nous mangeons principalement du poulet, de la dinde, et du boeuf, et parfois du lapin ou du canard. Zorro mange enfin ses cous de poulet sans que Claire doive les couper en rondelles, mais Pixie chipote encore le foie : le repas qui contient des abats continue donc à être broyé juste avant d’être servi pour éviter qu’elle trie. Une fois par semaine, nous mangeons des petites sardines entières, mais Pixie n’aime pas beaucoup.
Tous les ustensiles utilisés ainsi que les planches à découper sont ensuite soigneusement lavés au savon puis désinfectés au vinaigre. Ils sont ensuite immédiatement séchés.

Stockage

Pour le moment, Claire prépare les portions pour sept à dix jours seulement car nous avons un tout petit congélateur. Mais bientôt, nous pourrons avoir plus de réserve. Nous nous réjouissons, car nous pourrons aussi stocker des poussins entiers et des souris entières.

Quantités

Avec le raw feeding, il faut compter entre 2 et 4% du poids d’un chat adulte en nourriture. Comme nous sommes jeunes et actifs, et que nous pouvons sortir, nous sommes à 4%, soit 220 grammes pour Zorro et 140 grammes pour Pixie. Cette quantité inclut la viande (60%), les os charnus (30%), et les abats (10%, dont la moitié de foie). Si l’alimentation est bien équilibrée, notre vétérinaire nous a confirmé qu’il n’y avait pas besoin d’ajouter des compléments alimentaires.
Yum ! A chicken neck !
Claire prépare trois récipients par jour d’environ 100 grammes pour nos trois premiers repas. La nourriture est sortie la veille du congélateur pour décongeler au frigo. Elle complète la quantité avec de la nourriture humide commerciale de haute qualité pour des questions pratiques : il arrive que nous n’ayons pas faim à un repas car nous avons chassé et mangé une proie dehors, le plus souvent à la fin du printemps, en été, et au début de l’automne. La nourriture humide commerciale supporte d’être conservée un jour au frigo, alors que Claire n’aime pas laisser attendre la nourriture crue.

Fréquence des repas

Nous sommes nourris quatre fois par jour : entre 6 et 7 heures du matin, entre 11 heures et midi, entre 4 et 5 heures de l’après-midi, et vers 10 heures du soir. Claire laisse les gamelles 20 minutes à notre disposition, puis les remet au frigo si nous n’avons pas mangé (mais ça n’arrive jamais, ha ha !).
Yum ! Raw food !

Bénéfices

  • Nous sommes alertes et en bonne santé.
  • Notre poil est beau et brillant.
  • Notre haleine est agréable.
  • Nos crottes sont petites, plus fermes, et ne sentent presque rien.
  • Nous vomissons beaucoup moins souvent.
  • Notre apport en eau est garanti.

Dimanche prochain, Claire a une journée entière de formation sur l’alimentation du chat : nous nous réjouissons de comparer notre expérience avec le contenu du cours !

Voyez-vous d’autres bénéfices au raw feeding ?

Chez le vétérinaire

ZORRO : Nous sommes beaux et en bonne santé. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est le vétérinaire.

Mardi matin, nous sommes allés chez le vétérinaire pour notre visite annuelle : comme vous pouvez le voir, nous étions ravis.
in the PTU
M. Burnand nous a inspecté sous toutes les coutures (oui, il a regardé là aussi !) ; nous lui sommes reconnaissants, car il n’a pas jugé bon de jouer avec son thermomètre… Il nous a vermifugés, et nous a pesés : je pèse 5,4 kg (11,9 lb) et Pixie 3,4 kg (7,5 lb). Nous avons de magnifiques yeux, des oreilles toutes propres, un poil dense et soyeux, pas de puces, bref, nous sommes beaux et en bonne santé.
Zorro363
Il a relevé que j’avais perdu 100 grammes depuis la dernière visite, ce qui est très bien, et c’est là que Claire a lâché sa petite bombe :
– Ils mangent cru depuis 3 mois…
– Et qu’est-ce que vous leur donnez ? a simplement demandé le vétérinaire.
Claire a expliqué les os charnus, les abats, etc, etc,…
– Ah, ça c’est bien ! a dit le vétérinaire. C’est important de donner aussi des os et des cartilages, ils en ont besoin. Il ne faudrait pas qu’ils mangent que du steak !
Claire était aux anges : elle avait beaucoup entendu parler de vétérinaires qui étaient farouchement contre le Raw Feeding. Elle a apprécié que le nôtre soit aussi favorable à ce mode d’alimentation, pour autant que ce soit fait correctement et de manière équilibrée.
La seule réserve du vétérinaire, c’était que nous ayons trop de vitamine A, ce qui serait mauvais pour nos articulations. D’après lui, il n’est pas nécessaire qu’on mange du foie tous les jours.
C’est un mode d’alimentation respectueux des besoins de vos chats, a-t-il ajouté, et proche de ce que vos chats pourraient manger dans la nature, mais c’est un peu plus long à préparer qu’une boîte…
Claire a répondu que ça ne lui prenait qu’une demi-heure par semaine pour préparer nos portions pour 7-8 jours.
preparation raw food
– Vous êtes quelqu’un d’organisé ! a dit M. Burnand.
Nous n’avons pas osé lui dire que Claire devait avoir un gène supplémentaire pour ça, parce que nous avons eu peur qu’il la garde pour faire des analyses !
Pixie400

Raw Feeding : de la théorie à la pratique

Il y a un peu plus de quatre semaines, nous avons passé au Raw Feeding (modèle Franken Prey).

La théorie du modèle Franken Prey est la suivante : la viande est coupée en gros morceaux, et chaque repas représente artificiellement une proie entière (viande, abats et os) dans les bonnes proportions.

Mais dans la pratique…
– Pixie n’aime pas les abats.
– Zorro n’aime pas trop les os charnus (cous de poulet le plus souvent).

Si Claire nous laisse faire, Pixie mange tous les cous de poulet, Zorro mange tous les abats, et nos apports nutritionnels respectifs sont déséquilibrés.
Zorro307

Comment faire ?

Claire doit ruser : pour pouvoir surveiller que chacun mange correctement, elle donne les abats et la moitié des os charnus le matin, et l’autre moitié des os charnus le soir.

Zorro vient toujours manger en premier pendant que Claire prend son petit-déjeuner. Elle coupe le demi-cou de poulet en rondelles, et les enrobe de miettes de friandises écrasées. Elle les donne à Zorro en même temps que les abats. Quand Zorro a fini, il reçoit ensuite sa ration de viande. Claire fera la même chose avec le cou de poulet au repas du soir.

Pixie vient manger une fois que Zorro a terminé. Le premier repas de Pixie est broyé (viande et abats). Mademoiselle ne peut pas trier et mange volontiers sa pâtée. Une fois qu’elle a terminé, elle reçoit un morceau de cou de poulet qu’elle ronge et croque avec grand plaisir !

Le repas de la mi-journée est principalement composé de viande : pas besoin de surveiller. Une fois par semaine, Claire enrichit ce repas avec un complément alimentaire (vitamines, minéraux, oligoéléments et taurine) et un peu d’huile de saumon.

Nous aimons bien le poulet, la dinde, le boeuf, et le canard, mais nous aimons moins le lapin. Claire veut nous faire goûter des sardines : pensez-vous que nous allons apprécier ça ?
Pixie et Zorro67