Archives par étiquette : Soins

Qu’est-ce que la douleur chez le chat ? Comment la repérer ? Comment la soulager ?

Hier, Claire a malencontreusement marché sur une de mes pattes de devant. Le fait que je me tortillais parmi ses jambes n’a évidemment joué aucun rôle dans cet accident. Nous étions au jardin, et pour être honnête, je n’ai pas eu très mal, mais j’ai quand même hurlé un bon coup pour lui faire savoir qu’une telle maladresse était intolérable. J’ai ensuite vérifié qu’elle était bien inquiète et contrite, puis je suis allé faire une course-poursuite avec Pixie.
What is pain in cat ? How to spot it ? How to relieve it ?
Savez-vous que jusque dans les années 80-90, on ne concevait pas que les animaux, ou les bébés humains, puissent ressentir la douleur au même titre que les humains adultes ?

Pourtant, différentes recherches montrent que la structure du système nerveux du chat est similaire à celle de l’homme, que les mêmes zones du cerveau sont activées en cas de douleur.

Qu’est-ce que la douleur ?

La douleur est une réponse sensorielle et/ou émotionnelle de l’organisme à une expérience le plus souvent désagréable. Elle a une fonction protectrice : elle vise à provoquer une réaction pour faire cesser ou éviter de renouveler l’expérience en question, ou s’y soustraire.

Quels sont les différents types de douleur que peut ressentir un chat ?

Douleur somatique ou douleur viscérale ?

La douleur somatique est précisément localisée au niveau de la peau, des muscles, des os, des articulations, ou encore des tissus conjonctifs. Elle est causée par un stimulus mécanique, chimique, ou thermique.

La douleur viscérale se situe au niveau des organes (thorax et abdomen) ; elle est difficile à localiser et diffuse. Par exemple, un chat ayant un problème de vessie pourra ressentir la douleur dans la peau de son ventre.

Douleur aigüe ou douleur chronique ?

Une douleur aigüe n’a souvent qu’une seule cause soudaine et brutale (coupure, brûlure, fracture, déchirure, …). Une opération chirurgicale est aussi une cause de douleur dite aigüe. Elle disparaît dès que l’organisme n’en a plus besoin pour se protéger. Une douleur aigüe est facilement soulagée par des traitements antidouleur.

Une douleur chronique est souvent le résultat de la combinaison de plusieurs facteurs et d’une dérégulation des mécanismes de contrôle de la douleur : vous avez mal alors qu’il n’est pas ou plus normal d’avoir mal. Une douleur chronique est difficile à soulager ; elle répond souvent peu aux traitements antidouleur de base. Son traitement consistera en une combinaison de mesures : médicaments (antalgiques, anti-inflammatoires, antidépresseurs), prise en charge physique (chirurgie, physiothérapie, …), aménagements (matériel et environnement adaptés), et soutien psychologique.

La douleur procédurale

La douleur procédurale est la douleur que provoquent les soins prodigués au chat malade. Par exemple, mettre des gouttes dans une oreille en cas d’otite est extrêmement douloureux. Cette douleur peut conduire à des réactions agressives ou à des associations négatives (propriétaire = cause de la douleur).

Il convient donc d’identifier soigneusement les soins qui pourraient être douloureux afin de les prévenir (prise d’un antalgique avant le soin par exemple), et de choisir des techniques de soin les moins douloureuses possibles (contention du chat et manière de prodiguer le soin). Cette prise de conscience permet de mieux respecter votre chat, de limiter les association négatives, et d’avoir une meilleure sécurité pour le soignant.
What is pain in cat ? How to spot it ? How to relieve it ?

Comment reconnaître la douleur chez votre chat ?

Contrairement aux humains, nous ne pouvons pas parler : seule une observation attentive permet d’évaluer notre douleur. Certains signes physiologiques et comportementaux peuvent être l’expression d’une douleur, par exemple :

– augmentation de la fréquence cardiaque
– pâleur des gencives ou des oreilles (vasoconstriction)
– respiration rapide et / ou superficielle
– perte d’appétit
– troubles digestifs (diarrhée ou constipation, vomissements)
– salivation excessive
– crispations, tremblements

– agressivité
– agitation, ou au contraire inactivité
– mise en retrait, ou au contraire recherche de câlins
– difficultés motrices (boiterie, difficulté à sauter ou à s’asseoir, …)
– grognements, gémissements, ou ronronnements
– visage crispé, yeux fixes ou vitreux, pupilles dilatées
– perte d’appétit
– toilette négligée
– élimination hors de la caisse (pipi ou crotte)
– protection ou léchage excessif d’une zone particulière

Comment traiter la douleur ?

Selon le type de douleur, son traitement nécessite une approche médicamenteuse « simple » ou une combinaison de différentes mesures, comme nous l’avons expliqué plus haut.

Seul un vétérinaire est habilité à choisir et si nécessaire combiner différents traitements pour une efficacité optimale. Dans tous les cas, il n’est pas question d’administrer à votre chat des médicaments prévus pour l’être humain !

Sources :
Philippe Bocion, vétérinaire comportementaliste
L.U. Sneddon, « Evolution of nociception in vertebrates: comparative analysis of lower vertebrates », Brain Research Reviews, vol. 46, 2004, p. 123–130
Frances V. Abbott, Keith B.J. Franklin et Frederick R. Westbrook, « The formalin test: scoring properties of the first and second phases of the pain response in rats », Pain, vol. 60, no 1, janvier 1995, p. 91–102
National Research Council (US) Committee on Recognition and Alleviation of Pain in Laboratory Animals, « Recognition and Alleviation of Pain in Laboratory Animals », National Center for Biotechnology Information, 2009

Global Cat Day

Alley Cat Allies lance la première de Global Cat Day aujourd’hui. La devise du jour est : de la bienveillance pour toutes les sortes de chats.

Alley Cat Allies est une organisation consacrée “à transformer et développer les communautés pour protéger et améliorer les vies de chats.”

“Le 16 octobre, des gens bienveillants du monde entier viennent ensemble défendre les mesures qui protègent les chats dans leurs communautés.”

Vous n’apporteriez pas d’animal sauvage dans votre maison, et c’est ce qu’est un chat haret : un animal sauvage. Les chats domestiques sont socialisés et domestiqués, les chats harets vivent à l’extérieur, et c’est leur maison.

Les chats vivant en colonies ne sont pas abandonnés ou perdus. Ce ne sont pas des animaux de compagnie en détresse, mais ils sont souvent confondus avec des chats socialisés qui ont été abandonnés. Les chats harets sont nés à l’extérieur et sont pour la plupart non adoptables. Si vous les apportez dans un refuge, ils risquent d’être tués parce qu’ils ne sont pas socialisés et ne peuvent pas être replacés dans un foyer.

Les lois locales punissent parfois les personnes qui prennent soin des colonies de chats. Les autorités ne comprennent pas toujours que le meilleur endroit pour des chats harets est l’extérieur. Ceci doit changer.

Dans quelques endroits, il est autorisé de tuer les chats qui n’ont pas de propriétaire. Pour nous, c’est juste de la cruauté. Il y a d’autres façons de contrôler la population féline.

Le TNR (trap-neuter-return, capturer-stériliser-relâcher) est la MEILLEURE façon de résoudre le problème. Les chats sont pris dans une trappe, ils sont vus par un vétérinaire, ils sont castrés / stérilisés, et rendus à leur maison : l’extérieur. Chaque chat TNR a le bout de l’oreille coupé, vous pouvez les reconnaître facilement.

Si vous voulez aider, plaidez en faveur des chats harets et éduquez votre propre communauté à la « gestion bienveillante » des colonies de chats.
Global Cat Day 2017

Comment les chats se préparent-ils à l’hiver ?

Nous avons eu du froid, de la pluie et du vent hier, un vrai temps d’automne ! Les feuilles commencent imperceptiblement à changer de couleur et à tomber, et nous commençons discrètement à nous préparer pour l’hiver.

Comment les chats se préparent-ils à l’hiver ?

Ils muent.

Le renouvellement de notre pelage s’accélère, et nous perdons beaucoup de poils : nos poils d’été tombent et sont remplacés par nos poils d’hiver, plus épais. Il est important de nous brosser régulièrement ! En effet, nous passons beaucoup de temps à nous lécher pour faire notre toilette, et l’ingestion excessive de poils peut engendrer des problèmes digestifs : les poils s’agglomèrent dans notre estomac et forment des boules. Si nous pouvons vomir ces boules de poils, tant mieux, mais dans le cas contraire, nous risquons une occlusion intestinale.

Ils mangent davantage.

Zorro augmente sa ration quotidienne de près de 50 grammes. Son poids augmente d’au moins 300 grammes en hiver ! Il se barde littéralement de lard, euh, de graisse, pour se protéger du froid, car il sort presque autant en hiver qu’en été.
En ce qui me concerne, il y a peu de différences entre mes rations estivales et mes rations hivernales, car je vais beaucoup moins dehors dès qu’il fait un peu frisquet.

Ils dorment plus longtemps.

Comme il y a moins de petites bêtes à observer, on s’embête un peu… Heureusement, notre domestiquée est attentive à jouer chaque jour avec nous pour nous faire bouger ! Elle place aussi des puzzles à nourriture à des endroits stratégiques pour nous distraire.

Ils passent davantage de temps à l’intérieur.

C’est normal, nous avons froid aux coussinets au bout d’un moment !

Les chats d’intérieurs sont aussi sujets à ces changements, mais de manière bien moins marquée.
how do cats get ready for winter