Archives par étiquette : Relations

Mon chat est-il intelligent ?

Qu’est-ce que l’intelligence ? Ou plutôt, quelles sont les différentes caractéristiques d’une forme d’intelligence ?

L’intelligence est une notion fort complexe encore mal définie : il n’y a pour le moment pas encore de consensus scientifique pour une définition précise. En effet, la génétique, les substances ingérées par la mère durant la grossesse, la nutrition, ou encore l’environnement ont une influence sur le développement de l’intelligence, ce qui laisse des milliers de possibilités pour un chaton de devenir un génie félin… ou pas.

Pour nous, l’intelligence est la capacité de comprendre, d’apprendre et de s’adapter à de nouvelles situations, et à modifier son environnement pour l’adapter à ses besoins.

Is my cat smart - Zorro on the heater

Il a fallu longtemps pour que la notion d’intelligence animale soit admise et mesurée dans des conditions correctes : les animaux ont d’abord été soumis à des tests analogues à ceux qu’on fait passer aux enfants. Cette manière de faire est bien sûre biaisée, car elle ignore complètement les besoins spécifiques d’espèces différentes et le milieu dans lequel elles évoluent. Mesure-t-on l’intelligence d’un éléphant à sa capacité à grimper aux arbres, ou l’intelligence d’un humain à sa capacité à chasser les souris dans un champ ?

Is my cat smart - Pixie on her trunk

Comment savoir si mon chat est intelligent ou pas ?

C’est toute la question ! Nous vous avons donc préparé un petit tour d’horizon de plusieurs caractéristiques de l’intelligence féline :

  • Votre chat est-il créatif ? A-t-il trouvé comment ouvrir le placard à friandises que vous pensiez inviolable ?
  • Votre chat a-t-il la capacité de se concentrer ? Peut-il rester des heures à guetter le lézard qui s’est enfilé sous l’armoire, ou à chasser à l’affût dans les buissons ?
  • Votre chat a-t-il une bonne mémoire ? Si c’est un chat d’extérieur, sait-il retrouver le chemin de la maison ?
  • Votre chat a-t-il la capacité de former des concepts ? Par exemple, ailes + noir + bzzz = mouche = miam, ailes + rayé noir et jaune + bzzz = guêpe = aïe, DANGEREUX
  • Votre chat est-il capable d’apprendre de nouveaux comportements ?
    – par expérience directe : ne pas réagir en entendant l’aspirateur, aller à la cuisine quand la porte du frigo s’ouvre en fin de journée, miauler suffisamment fort et longtemps pour qu’un humain me donne une friandise, joue avec moi ou m’ouvre la porte, découvrir les friandises cachées dans un plateau de jeu
    – par transmission : tuer une proie en observant comment fait un chat plus expérimenté, ouvrir une porte en appuyant sur la poignée
  • Votre chat sait-il utiliser son corps avec précision ? Est-il habile ? Sait-il utiliser ses griffes ou ses dents pour ouvrir un sachet de friandises ?
  • Votre chat fait-il preuve d’intelligence émotionnelle ? Reconnaît-il vos émotions et agit-il différemment en fonction de celles-ci ?

Si vous avez répondu OUI à la plupart de ces questions, pas de doute, votre chat est intelligent ! Un entraînement spécifique peut même l’aider à développer des capacités étonnantes.

Les chats et leurs domestiqués sont cependant égaux face au vieillissement dans le sens où ce phénomène peut diminuer leurs facultés cognitives.

Is my cat smart - Pixie wondering

Pour en savoir plus…

Pour en savoir plus sur l’intelligence animale, nous vous recommandons « Sommes-nous trop bêtes pour comprendre l’intelligence des animaux ? », Frans De Waal, 2016.
Pour en savoir plus sur la capacité d’apprentissage du chat, nous vous recommandons « The Trainable Cat : How to Make Life Happier for You and Your Cat », John Bradshaw, 2016.
Ce sont deux ouvrages que nous avons trouvé très complets, intéressants, et faciles à lire.

Quelles manifestations d’intelligence avez-vous observé chez votre chat ? Dites-le nous dans vos commentaires !

La communication féline pour débutants

Au fil du temps, vos domestiqués sont devenus plus ou moins experts en communication avec vous : vous avez mutuellement appris à décoder votre langage verbal et non-verbal, et à interpréter plusieurs signaux donnés simultanément.
feline communication
Nous nous adressons aux humains non domestiqués, ainsi qu’aux futurs domestiqués. Imaginez que vous croisez un chat dans la rue, ou chez quelqu’un. Ce chat vous regarde, ou pas. Il émet des sons, ou pas. Il se tient d’une certaine manière.

Comment comprendre un chat (niveau débutant) ?

Ecoutez : si le chat grogne ou feule, mieux vaut ne pas l’approcher !

Regardez : regardez les yeux, la position des oreilles, et la queue du chat : un expert en communication féline aura des informations très subtiles en combinant ces trois informations, mais un débutant pourra déjà comprendre en gros le message de base.

angry cat

By Hannibal Poenaru from near Paris, France (flickr.com) [CC BY-SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Yeux

  • paupières mi-closes : confort
  • paupières écarquillées et pupilles dilatées : agressivité ou crainte
  • regard fixe : attention !

Oreilles

  • redressées vers l’avant : intérêt
  • rabattues vers l’arrière : menace ou crainte (oreilles basses)
  • rabattues de côté, comme un avion : colère

Queue

  • non hérissée, verticale, rectiligne (extrémité recourbée ou non) : accueil amical, contentement
  • non hérissée, horizontale : intérêt, curiosité, neutre
  • hérissée, verticale, rectiligne : agressivité
  • hérissée, basse, rectiligne : peur
  • rabattue contre les pattes ou sous le ventre : inquiétude, peur
  • mouvement de l’extrémité : petit agacement
  • mouvement rapide : excitation
  • mouvement saccadé : grand agacement

Bien sûr, la communication féline est beaucoup plus élaborée : notre posture, nos mimiques, nos déplacements, tous ces autres éléments donnent également des informations aux humains qui peuvent les comprendre. Nous le répétons, ce que nous vous avons présenté ici représente le B-A-BA de la communication féline pour humain débutant. Nous avons volontairement laissé de côté plusieurs signaux visuels et acoustiques que la majorité des domestiqués savent reconnaître.
feline communication
Entre nous, entre chats, nous communiquons aussi énormément par messages chimiques : dépôts d’urine ou de crottes, sécrétions de nos glandes déposées dans l’environnement, ou encore sécrétions et odeurs qui diffusent directement de nous. Cette forme de langage reste cependant inaccessible aux humains : ils n’ont pas l’odorat assez développé, et leur organe voméro-nasal est vestigial depuis très longtemps. En d’autres termes, ils sont sous-équipés !

Comment se développe le comportement du chat ?

Tout comme le bébé humain, le chaton n’est pas encore « fini » à la naissance : il dépend entièrement de sa mère (ou d’un substitut maternel), et doit encore se développer physiquement et mentalement. Il continuera d’ailleurs d’évoluer tout au long de sa vie. Saviez-vous par exemple que même un chat âgé peut encore apprendre des choses ?

Durant certaines courtes phases du développement du chaton, des apprentissages propres à chaque période seront facilités. En dehors de ces phases, ces apprentissages ne pourront que difficilement se faire, ou alors seront imparfaits. Il est donc crucial de ne pas manquer ces étapes : nous vous en parlerons plus en détail dans un prochain article.

Comment se développe le comportement du chat ?

Chaque chat a son caractère et des comportements qui lui sont propres, mais tous les chats partagent certains comportements propres à l’espèce « chat ».

Plusieurs comportements sont présents dès la naissance : certains dureront toute la vie (par exemple bailler), alors que d’autres disparaitront plus tard (par exemple le réflexe de succion).
D’autres comportements apparaitront plus tard : certains dureront toute la vie (par exemple le marquage urinaire), d’autres pourront disparaitre (par exemple la crainte de l’être humain).

Inné ou acquis ?

Les réflexes comme le réflexe de succion ou la locomotion sont innés, mais la majorité des comportements est principalement acquise. Les caractéristiques d’un race en matière de comportement sont plutôt le fruit du choix des éleveurs quant à leurs reproducteurs, et la transmission génétique joue ici un rôle moins important que l’environnement. En revanche, les caractéristiques physiques du chat (taille, couleur, forme des oreilles, longueur des poils, …) sont très fortement sous l’influence de la génétique.

Mon chat peut-il oublier certains comportements ?

Oui : les apprentissages réalisés par habituation ou par socialisation avec d’autres espèces doivent être entretenus tout au long de la vie du chat.

L’habituation consiste à être fréquemment confronté de manière progressive, répétée, et positive à des situations, bruits, stimulations visuelles, …, afin de développer sa capacité d’adaptation à vivre dans des environnements divers. Un renforcement positif encourage le chat à refaire (ou pas) une action en fonction du résultat obtenu (attention, friandise, …).

Une grande partie des apprentissages par habituation se fait entre la 2ème et la 9ème semaine de vie (principalement entre la 3ème et la 7ème semaine), mais c’est aussi par habituation qu’on peut apprendre quelque chose à un chat adulte : le comportement désiré sera chaque fois renforcé par une récompense.

Cette manière de faire peut être utilisée pour habituer le chat à un objet qui le fait réagir (aspirateur par exemple), mais attention ! Si vous allez trop vite, si vous contraignez votre chat, vous obtiendrez le résultat inverse : votre chat aura des réactions exacerbées, sera encore plus effrayé, et pourra même se montrer agressif. C’est ce qu’on appelle la sensibilisation.

La période propice à l’apprentissage des «espèces amies» est la même que celle pour l’habituation : entre la 2ème et la 9ème semaine de vie (principalement entre la 3ème et la 7ème semaine). Durant cette phase, le chaton apprend à devenir l’ami des humains, mais aussi d’autres espèces s’il y en a dans son environnement (chiens, lapins, …).

A nouveau, une confrontation fréquente, répétée, et progressive faite d’interactions positives avec toutes sortes de personnes (ou d’espèces) permettra par la suite une bonne cohabitation avec ces personnes ou ces espèces (et l’absence de prédation). Une grande variété d’humains est en tout cas nécessaire pour obtenir un chat bien dans ses coussinets : enfants de tous âges, personnes âgées, hommes, femmes, avec ou sans lunettes, avec une canne ou un fauteuil roulant, …

Cette capacité à reconnaître les «espèces amies» peut être développée par la suite, mais c’est beaucoup plus long, beaucoup plus difficile, voire parfois impossible pour certains chats.

Les mamans chats et les domestiqués chez qui les chats naissent ont donc une grande responsabilité sur leur bien-être futur ! Et quand vous aurez lu notre article sur le développement du chaton (à venir), vous comprendrez aussi mieux notre admiration sans borne pour les humains qui s’occupent de chatons orphelins.

Sources :
Philippe Bocion «Le développement du comportement du chat» (cours)
Valérie Dramard «Le comportement du chat» (livre)